Archive for août, 2013

Acheter un parking parisien peut-être très rentable

Acheter un parking parisien peut-être très rentable

Qu’est ce qui offre une rentabilité de 6 à 8% ? Un parking parisien bien entendu, à condition de bien cibler les arrondissements les plus intéressants !

De prime abord, le prix peut rebuter compte tenu de la petite surface. Mais en croire une plate-forme d’annonces immobilières spécialisées à Paris, les parkings parisiens valent le coup qu’on s’intéresse à eux. Leur rentabilité à la location est de l’ordre 6 à 8 % par an. Très intéressant si l’on compare cela à la rémunération du livret A qui tombe à 1,25 %.

Trouver la perle rare

 Sur Internet, il est possible de trouver des centaines d’offres de ventes dont les prix oscillent entre 5 000 et 50 000€. Une fourchette plutôt large qui prouve que le marché des parkings parisiens est très irrégulier. La Bonne Agence, agence immobilière de la rive droite et de la rive gauche, préconise de bien étudier les quartiers car tous les parkings ne se valent pas. Il faut se poser les bonnes questions : Y a t-il des parkings publics ? Y a t-il de la place pour se garer ? Les contractuels passent-ils souvent pour verbaliser ? Tant d’informations à récolter avant le passage à l’achat. Le plus rentable reste le centre de la capitale. Les quartiers de l’Hôtel de ville, du Marais, la rive gauche, Saint-Germain-des-Prés et le Triangle d’Or (8ème arrondissement) sont des valeurs sûres. Les parkings sont un produit rare et cher et par conséquent très recherchés. D’une rue à l’autre, le prix peut varier de 30 %. Par ailleurs, certains arrondissements, tel que le 6ème, sont à l’abri de la construction de parkings Vinci et donc idéal pour investir. Dans certains quartiers de la Capitale, de très beaux appartements peuvent ne pas trouver d’acquéreurs faute de parking vendu en sus. La conséquence est le prix démentiel que peuvent atteindre les prix d’un box de quelques mètres carrés : 100 000 €.

Avantage fiscal, engagement et préavis d’un mois

Acheter un parking, oui mais il est judicieux d’éviter les arrondissements périphériques, près des portes. En effet, les nombreux immeubles neufs sont généralement pourvus de parkings souterrains. Les prix sont en général beaucoup plus abordables mais il sera aussi plus difficile de trouver un locataire, et surtout d’obtenir un bon loyer. Si ces derniers peuvent atteindre 500 € par mois dans les arrondissements centraux, ils tombent en dessous de 100 € dans le 19ème. Alors pour dénicher la bonne affaire, rien ne vaut une petite discussion avec les concierges d’immeuble.

En plus de la facilité à trouver un locataire, l’investissement dans un parking présente d’autres avantages et notamment celui de l’entretien. Quand un appartement doit être rénover tous les quatre à cinq ans, un parking n’exige aucun entretien. Le risque de tomber sur un mauvais payeur est aussi réduit par la possibilité d’en changer rapidement. Pas de bail de trois ans mais un engagement d’un mois renouvelable, et un mois seulement de préavis. Pour finir, les loyers encaissés bénéficient du régime fiscal dit du micro-foncier et donc d’un abattement de 30 % dans la limite de 15.000 € par an. En clair, le propriétaire du parking ne fait figurer sur sa déclaration de revenus que 70 % de ce qu’il a perçu.